Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

DISTRIBUTION D’INTRANTS AGRICOLES PERFORMANTS AUX AGRICULTEURS : Djaassim Mohamed OSHO offre des outils et équipements de production salvateurs

 DISTRIBUTION D’INTRANTS AGRICOLES PERFORMANTS AUX AGRICULTEURS : Djaassim Mohamed OSHO offre des outils et équipements de production salvateurs

Agé de 27 ans, Djaassim Mohamed OSHO est un jeune béninois officiant dans trois domaines d’activité à savoir : l’agriculture, l’aménagement paysager et la foresterie. Après ses études universitaires, il a créé « Landscaping and Forestry in Benin », une entreprise enregistrée conformément aux normes et réglementations en vigueur au Bénin, le 11 novembre 2020. Son objectif principal est de satisfaire les besoins croissants dans les différents secteurs d’activité et de participer au développement économique et durable du pays. Le présent article renseigne beaucoup plus sur le parcours, la personnalité et les domaines d’intervention du jeune créatif.

Yélian Martine AWELE

Après avoir obtenu sa licence professionnelle en Horticulture et Aménagement des Espaces Verts en 2016, Djaassim Mohamed OSHO a commencé petitement à mettre en place sa vision de travailler à son propre compte tout en se mettant au service des producteurs notamment les maraichers. Il décline ainsi son identité et son parcours à la fois élogieux et parsemé d’embuches : « Après ma soutenance, j’ai commencé par l’entretien des jardins privés à domicile jusqu’au jour où je n’installe mon propre espace vert chez ma tante maternelle en 2017. Puis j’ai continué sur cette lancée en obtenant quelques commandes de plantes ornementales tout en continuant le suivi et l’entretien chez ma tante. » Il poursuit en déclarant : « Lors de l’année universitaire 2018-2019, j’ai commencé ma formation de master professionnel en Aménagement et Gestion des Ressources Naturelles. En Master 2, j’ai commencé un stage professionnel à la Présidence au sein de l’entreprise Mano Verde, je devais faire un stage de 3 mois, mais je n’ai fait qu’un mois car les conditions dans lesquelles je travaillais étaient précaires et cela ne me convenait pas. »

Ce n’est que le 11 novembre 2020 que « Landscaping and Forestry in Benin » vit le jour, « puis enregistrée selon les normes et règlementations en vigueur en République du Benin ». C’est une entreprise « basée au Bénin et qui intervient dans les domaines de l’aménagement paysager, de l’agriculture et de la foresterie. L’entreprise a intégré son siège social dans le mois de décembre de la même année », ajoute-t-il. Son objectif principal est de satisfaire les besoins croissants dans les différents secteurs d’activité et de participer au développement économique et durable du Bénin. Ses services sont entre-autres : « la distribution des semences performantes partout dans le monde, la production animale et halieutique, la distribution d’outils et d’équipements en agriculture, en espace vert et en foresterie, la distribution des fruitiers ayant de bon rendement au niveau mondiale, la formation agricole, la formation forestière, la formation en espace vert, la consultation agricole et forestière, l’installation de fermes agricoles, l’installation de plantation forestière, l’aménagement des espaces verts modernes esthétiques, la réalisation de bouquets de fleurs naturelles, l’élaboration de business plan agricole. » Djaassim Mohamed OSHO dispose d’uneclientèle constituée majoritairement des maraîchers, des fonctionnaires d’Etat et tout autre acteur du secteur privé. Très dynamique, il ambitionne « de devenir une référence dans le domaine agronomique sur le plan national et la sous-régional ». Le coût des produits que nous vendons varie en fonction de l’article sélectionné. Avec 400 FCFA, vous pouvez déjà démarrer vos achats chez nous-précise-t-il. « Notre particularité réside dans le fait que nous constituons une équipe d’expert ayant l’expérience nécessaire afin de mieux répondre au besoin de la clientèle ».

Mais malgré ces atouts dont dispose le jeune engagé, il est confronté à quelques difficultés liées au « volet marketing peu défaillant et aux faux agronomes qui détruisent la réputation des ingénieurs agronomes sur les réseaux sociaux. » Rien n’est mieux faire que par soi-même reconnait-il et de ce fait, il exhorte la jeunesse béninoise à se mettre au travail pour un développement certain du pays.

Yélian Martine AWELE

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *