Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

FAO : Légère baisse des prix de quelques denrées alimentaires

 FAO : Légère baisse des prix de quelques denrées alimentaires

Les prix alimentaires mondiaux ont atteint leur plus bas niveau depuis deux ans en mai (FAO). Dans un rapport distinct sur l’offre et la demande de céréales, la FAO prévoit une production céréalière mondiale de 2,813 milliards de tonnes en 2023.

Vanessa ZANNOU

Les céréales, les produits laitiers, le sucre, la viande et les huiles végétales sont les denrées alimentaires les plus consommées dans le monde. Par conséquent, l’évolution de leurs prix est étroitement surveillée aussi bien par les gouvernements que par les organisations internationales. En effet, les prix des céréales ont baissé de 4,8 % par rapport au mois précédent, en raison d’une chute de 9,8 % des cotations mondiales du maïs due à des perspectives de production favorables et à une demande d’importation faible. Les prix mondiaux du blé ont également baissé de 3,5 % en raison de l’abondance de l’offre et de l’extension de l’initiative sur les céréales de la mer Noire.

L’indice des graminées a diminué de 4,8 %, avec des baisses de 3,5 % et 10 % respectivement pour le blé et le maïs en raison des bonnes perspectives de production et des réserves abondantes. De leur côté, les prix des huiles végétales ont baissé de 8,7 % en raison d’une récolte record de soja prévue au Brésil, ainsi que de l’augmentation de l’offre d’huile de palme et de la disponibilité importante de colza et de tournesol. Globalement, la baisse des prix alimentaires mondiaux en mai survient dans un contexte où de nombreux observateurs s’inquiètent de l’impact du phénomène climatique El Niño sur les prochaines récoltes, qui devrait se produire au cours du second semestre et se prolonger jusqu’en 2024, selon les prévisions de l’Organisation météorologique mondiale (OMM).

Pour rappel, la FAO prévoit une production céréalière mondiale de 2,813 milliards de tonnes en 2023, soit une augmentation de 1 % par rapport à 2022, la plus grande partie de cette hausse étant imputable à la production de maïs, suivie d’une croissance de la consommation alimentaire, notamment de blé et de riz. Sur la base de ces premières prévisions, les stocks céréaliers mondiaux en 2023/24 pourraient augmenter de 1,7 % par rapport à leur niveau d’ouverture et atteindre un niveau record de 873 millions de tonnes, tandis que le rapport stocks-utilisation mondial de céréales diminuerait légèrement pour s’établir à 30,4.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *