Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

FINANCEMENT DES CHAINES DE VALEURS AGRICOLES AU NIVEAU DES SFDs COLLINES, BORGOU ET DONGA : Acma3 initie un atelier d’identification des défis

 FINANCEMENT DES CHAINES DE VALEURS AGRICOLES AU NIVEAU DES SFDs COLLINES, BORGOU ET DONGA : Acma3 initie un atelier d’identification des défis

Du 1er au 2 février 2024, les systèmes Financiers Décentralisés (SFDs) des départements des collines, du Borgou et de la Donga ont identifié, de concert avec le programme Approche Communale pour le Marché Agricole phase 3 (Acma3), les défis auxquels ils sont confrontés en termes de financement des chaînes de valeurs de filières agricoles. C’était à l’occasion d’un atelier d’identification des besoins en renforcement des capacités des SFDs organisé par Acma3.

Les participants à l’atelier

Blandine KEGUE

Le crédit agricole est un levier important qui permet une mobilisation de l’offre et une commercialisation plus accrue des produits agricoles à travers des mécanismes de financement adaptés. Dans l’atteinte de ces objectifs, le programme approche communale pour le marché agricole (Acma3) ambitionne, de faciliter le crédit au profit de ses acteurs agricoles directs (producteurs, transformateurs et consommateurs) d’une part, et indirects (fournisseurs d’intrants, institutions financières décentralisés etc…) d’autres part. Pour y arriver, un atelier d’identification des différents besoins qui entrave l’octroi de crédits aux acteurs a été initié afin de comprendre et de relever les défis auxquels sont confrontés les SFDs. Pour Ousmane Ouedrago, chef programme Acma3, cet atelier a été question, de présenter aux participants le programme Acma3 et sa stratégie en termes d’inclusion financière, d’analyser les défis auxquels les SFDs sont confrontés à l’aide de l’outil ‘’Forces Faiblesses Opportunités et Menaces’’ (FFOM) et enfin, de définir les actions prioritaires résultant des analyses qui cadrent avec les activités du programme Acma3.

Au cours de cet atelier, plusieurs défis ont été relevé notamment la digitalisation des produits financier, le manque d’outils pouvant garantir la gestion des risques agricoles et bien d’autres. Ces difficultés ont été soumis à une analyse diagnostique à leur niveau et des solutions ont été proposée pour féliciter l’accès au financement de ces acteurs.   A entendre Amour Sèwanou, chef service crédit et réseau PADME, « nous sommes en train de nous orienter vers la digitalisation des produits et nous constatons des difficultés dans le renforcement des capacités de nos agents ». Quant à Edmond Glodji, directeur technique et partenariats du Consortium Alafia, les institutions financières manquent de ressources financières et de ressources matérielles pour mieux financer le monde agricole.

A l’issu de des deux jours d’atelier, 14 thématiques ont été identifiées et seront planifiées durant tout le mandat du programme Acma3. « Au cours de cette année 2024, nous auront à dérouler 4 thématiques parmi lesquelles : la finance rurale, la finance digitale et, entre autre, au système collectif de mise en marché promu par le programme  Acma3 », a notifié Daniel Olouwakèmi Seliki, responsable de l’inclusion financière du programme Acma3. Certains SFDs ont à peine embrassé ce segment de la clientèle, et l’une de leurs ambitions à l’issue de cet atelier est d’étendre les financements qu’ils mettent en place pour les acteurs du secteur agricole.

Rappelons que le programme Acma3 est financé par l’ambassade de Royaume des Pays Bas près le Bénin. Il est mis en œuvre par l’IFDC en consortium avec CARE Bénin/Togo et l’Institut Royal des Tropiques (KIT).

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *