Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

INSERTION PROFESSIONNELLE AU BENIN : Oluwa Tobi Linéa au service des jeunes diplômés de la FSA

 INSERTION PROFESSIONNELLE AU BENIN : Oluwa Tobi Linéa au service des jeunes diplômés de la FSA

Afin de faciliter l’insertion professionnelle des étudiants diplomés de la Facultés des Sciences Agronomiques de l’Université d’Abomey-Calavi, les enseignants de cette faculté organise des stages professionnels dans des entreprises correspondant à la spécialité de chaque étudiant. Ces stages permettent de mieux préparer les étudiants en confrontant leurs connaissances théoriques aux réalités pratiques du terrain. « Oluwa Tobi Linéa » fait partie des entreprises de la place qui accueillent ces stagiaires.

Christiane FAGBOHOUN

Yélian Martine AWELE

Créée par Christiane Fagbohoun, épouse Tokin ; « Oluwa Tobi Linéa » est une entreprise spécialisée dans la transformation des produits agricoles. Comme telle, elle reçoit les étudiants et étudiantes en fin de cycle-licence-à laFacultés des Sciences Agronomiques (FSA) de l’Université d’Abomey-Calavi (UAC) en vue de mieux les préparer et « les outiller pour une bonne insertion professionnelle, et une bonne pratique des notions théoriques acquises en amphithéâtre », selon Dr Fernand Nouwligbèto, Enseignant à l’UAC.

Un réel plaisir pour Christiane Fagbohoun de toujours accueillir et partager ses connaissances avec ces étudiants à la quête du savoir-faire.

« Mon centre accueille les étudiants avec qui je partage mes connaissances et mes expériences dans le domaine de l’entrepreneuriat mais aussi dans la transformation agroalimentaire. Et je suis toujours ravie de voir des jeunes engagés qui veulent aller de l’avant. Je suis toujours disponible à les accompagner d’une manière ou d’une autre. » 

Par ailleurs, le stage en question est un moment de performance pour Dossou Albérica Stella, étudiante en troisième année de licence à la Faculté des Sciences Agronomiques de l’Université d’Abomey-Calavi. « Je suis en spécialité Nutrition, Sciences et Technologies alimentaires. Si vous me voyez ici, c’est dans le cadre de mon stage de fin de formation pour l’obtention de mon diplôme de licence. ». Elle poursuit en disant : « Mon objectif est de faire mon stage, de relever les insuffisances de l’entreprise et d’aider madame Christiane Fagbohoun à s’améliorer afin d’offrir à la population des produits de qualité et si possible l’aider à obtenir une certification pour pouvoir livrer ses produits sans problème à l’extérieur ». Donc mon temps ici va lui permettre par la grâce de Dieu de pouvoir véritablement prendre certaines mesures pour améliorer ses produits non seulement en termes de qualité, en termes de quantité mais aussi en termes de présentation. Et si possible pouvoir l’aider à améliorer la construction de son unité de production – a- évoqué la stagiaire.

Les produits Oluwa Tobi Linéa

En fait, l’Agro-entrepreneure est spécialisée dans la transformation des céréales comme le maïs, le mil et le sorgho en « Aklui » ; les épices, le haricot en « Adowè »et en farine d »Ata ». « Nous produisons du poisson moulu, du piment de table, de la vernonia séchée précuite, du mélange de toutes les épices ». Tous ces produits transformés – notifie – Stelle Dossou, sont susceptibles de faciliter la préparation. Pour faire le « Aklui » à la maison, ajoute-t-elle, nous avons l’habitude d’utiliser du « manwè ». Et c’est à nous-même de tourner ça ; donc ça prend du temps. Or avec le « Aklui » de madame par exemple, après avoir mis de l’eau sur le feu, vous laissez bouillir puis vous y mettez un peu de votre produit (« Aklui ») lorsqu’il s’agit d’une personne et quelques minutes après, vous obtenez votre bouillie que vous pouvez déjà consommer. Donc disons qu’en moins de 15 minutes, vous pouvez avoir votre bouillie prête à consommer. Pareil pour les autres produits qui facilitent également la préparation. Je me suis lancée dans l’entrepreneuriat le 25 Août 2015 avec 4000 FCFA. J’ai connu un échec. Mais avec beaucoup de courage j’ai persévéré malgré tout. Et voilà où j’en suis aujourd’hui.

Je livre mes produits dans les supermarchés partenaires. Beaucoup me connaissent et font beaucoup de commandes compte tenu de la qualité naturelle de mes produits. Même ceux qui sont admis à la retraite continuent de faire des commandes, et je leur livre à domicile. Il y a une structure qui achète mes produits surtout le Aklui (sorgho, mil et maïs) et l’exporte vers l’Italie. À la question de savoir comment elle concilie et son entreprise et sa vie conjugale elle répond : « C’est difficile mais je gère. Je ne mélange jamais mon travail avec mes tâches de femmes au foyer. » En vrai, elle doit son talent de transformatrice à sa mère qui elle aussi était une grande transformatrice. De ses expériences, elle souhaite donc bon courage et plein succès à tous les étudiants qu’elle accompagne.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *