Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

LUTTE CONTRE LA PAUVRETE ET PROMOTION DE L’ÉGALITÉ GENRE : l’AFD finance à 5 projets d’agroécologie à travers le monde

 LUTTE CONTRE LA PAUVRETE ET PROMOTION DE L’ÉGALITÉ GENRE : l’AFD finance à 5 projets d’agroécologie à travers le monde

L’agroécologie permet d’augmenter les rendements agricoles, et donc d’améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle, tout en préservant les ressources naturelles. En association avec des ONGs et des institutions, le groupe AFD (Agence Française de Développement) soutient cinq projets d’agroécologie, à travers le monde, qui visent à améliorer les conditions de vie des familles rurales.

Investir dans la transition agro-écologique et en particulier dans la petite agriculture familiale, est le meilleur moyen de répondre aux besoins économiques et sociaux des producteurs et de tendre vers les Objectifs de développement durable (ODD).

« Lutte contre la pauvreté, pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle, l’égalité femmes-hommes, les systèmes financiers inclusifs, la santé inclusive, la gestion durable des ressources : tout cela commence par l’agriculture »,

détaille Gilles Kleitz, directeur exécutif des Solutions de développement durable (SDD) à l’AFD. Selon le directeur, cinq pays à savoir : l’Ethiopie, le Haïti, le Madagascar, le Malawi, la Sierra-Léone ont bénéficié de cette agriculture familiale.

Ce programme mené dans des zones rurales isolées et densément peuplées vise à soutenir les agricultures familiales qui peinent à maintenir leur production dans un contexte difficile : baisse de la fertilité, effets de l’érosion, déforestation, absence de marchés pour vendre les produits. Mis en œuvre par Inter Aide et ses partenaires – RCBDIA (Rural Community Based Development Initiative Association), RPC (Rural Poultry Center), des organisations paysannes et les ministères locaux, ce projet a deux principaux objectifs note l’AFD sur sa plateforme : « Améliorer la sécurité alimentaire et la résilience des familles d’agriculteurs, essentiellement par une diversification des productions alimentaires, avec un accent particulier sur les légumineuses, les tubercules et les productions maraîchères ; et mobiliser un réseau de producteurs et productrices expérimenté pour accompagner les familles bénéficiaires (environ 9 500 familles au total) ».

Yélian Martine AWELE

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *