Abomey-Calavi
Genre et développement

MOIS DU CONSOMMONS LOCAL : « LE MADE IN BENIN » a besoin des consommateurs béninois

Initié par le Ministère de l’industrie et du commerce, le « Mois du Consommons Local » s’aligne sur la recommandation de l’UEMOA de faire du mois d’Octobre, le mois de la consommation de produits locaux. Une chose qui vient encourager davantage les principaux acteurs du secteur agricole.

Par Laure S. LEKOSSA

Le mois d’octobre est mis à profit par le gouvernement béninois à travers le ministère de l’industrie et du commerce pour amener les béninois à davantage consommer les produits du terroir. L’objectif du gouvernement en initiant cette activité de recommandée par l’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), est d’intensifier la valorisation de la production nationale et susciter chez les béninois la consommation du Made in Bénin. Pour Julienne Akuete, transformatrice agro-alimentaire, l’initiative est fort louable. « Au Bénin, nous assistons à la promotion à grands renforts médiatiques des produits venant de l’étranger au détriment des produits locaux. Subventionnés dans leurs pays, ces produits, malgré le dédouanement, sont moins coûteux sur le marché béninois et font une concurrence déloyale à nos produits. Ce qui fait que le ‘’consommons local ‘’, peine à s’imposer à nos consommateurs. Il est nécessaire de valoriser nos produits locaux pour renforcer et soutenir le mieux -être de nos producteurs. Si nous ne consommons pas ce que nous produisons, comment pouvons-nous développer notre pays et qui le fera à notre place? Dédier un mois pour le consommons local, c’est encourager l’entrepreneuriat, c’est créer de la valeur ajoutée à nos produits ; c’est également contribuer à la bonne santé de nos populations car nous savons ce que nous mangeons, comment et où s’est produit ». Une opinion que partage Edgar Déguenon coordonnateur de AMAP Bénin et Mirlain Bossou CEO de la startup Jinukun Store. « Je pense que c’est une très belle chose de consacrer 30 jours pour la promotion et la valorisation de nos produits locaux. Normalement 1 mois sur 3 on devrait organiser ce genre de choses parce que c’est un meilleur moyen pour que notre économie puisse retrouver sa stabilité. Si on le fait de façon stratégique, je pense que notre économie se portera bien. Dédié 1 mois pour mettre en valeur les produits locaux, je trouve que c’est très bien » apprécie le coordonnateur de AMAP Bénin.

« C’est une très bonne initiative de l’UEMOA entériné par le gouvernement béninois ; c’est vrai que le gouvernement faisait une semaine de consommation locale entre temps, mais accorder un mois aux produits locaux, c’est à féliciter. Parce que la consommation locale est une très bonne chose. D’abord, nos populations mangent des produits de saisons, des produits sans stress, des produits de qualité pour leur santé et leur bien -être ; elles soutiennent l’économie locale ; créent des emplois dans leurs propres pays et soutiennent l’entreprenariat agro-alimentaire locale, valoriser ainsi ces produits, c’est une initiative à encourager » a suggéré Mirlain Bossou CEO de la startup Jinnukun.

Comparativement aux années antérieures, la consommation locale entre de plus en plus dans l’habitude alimentaire des béninois. Et pour travailler à augmenter le degré de la consommation du local au Bénin, des pistes de solutions sont énumérer par les acteurs du monde agricole pour ce qui concerne l’atteinte des objectifs « Il faut reconnaître aussi que le mois ne nous suffit pas, il faut même qu’on puisse décréter des jours, des mois sur toute l’année pour la consommation locale. Il est très bien de consommer locale et nous demandons au gouvernement de faire plus et de mettre un peu d’embargo sur les produits importés » a proposé Mirlain Bossou CEO Jinukun store. Edgard Déguenon responsable de AMAP Bénin va un peu plus loin en affirmant, « il faut que l’État légifère la consommation de nos produits ; comme le maire de Parakou l’a fait, on peut prendre un arrêté pour dire pour tel ou tel produit il faut qu’une partie du budget des communes soit consacré aux producteurs locaux. Parce que les béninois font des choses de qualité et de valeurs mieux que ceux importés. Il faut donner des pourcentages dans des budgets des communes lors des manifestations culturelles et autres pour la valorisation des produits de chez nous ». « Il faut plus de sensibilisation sur les produits fabriqués au bénin, et monter aussi aux populations les conséquences néfastes qui découlent de la consommation des produits importés. IL faut aussi que l’État prenne la mesure de protéger l’économie locale, il doit protéger les agriculteurs artisans locaux en mettant les barrières au niveau des taxes à l’import pour qu’une partie de ces taxes servent pour la promotion des produits locaux. Si l’État dit seulement que 25% du riz consommé au Bénin doit forcément provenir des producteurs locaux, c’est des milliards pour les producteurs et de nombreuses familles qui seront bien nourries » a-t-il ajouté. Julienne Akuete renchérit « L’État a un grand rôle à jouer qui est de soutenir les acteurs agricoles et d’appliquer fermement la loi sur le consommons local votée par les députés et de la rendre visible surtout dans nos administrations avec les œuvres de nos artisans ».

Pour un meilleur développement de l’économie nationale, il s’avère donc important pour tout béninois d’oublier la colonisation et de travailler à valoriser les potentialités béninoises.

Laisser un commentaire à propos de ce

  • Quality
  • Price
  • Service

PROS

+
Ajouter Un Champ

CONS

+
Ajouter Un Champ
Choisissez L'Image