Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

PARAKOU / UTILISATION D’EAUX USÉES DANS LA PRODUCTION MARAÎCHÈRE : La santé des consommateurs gravement menacée

 PARAKOU / UTILISATION D’EAUX USÉES DANS LA PRODUCTION MARAÎCHÈRE : La santé des consommateurs gravement menacée

Dans la ville de Parakou, derrière l’abattoir situé dans le quartier Zongo Zénon et à Titirou non loin du bas-fond, il est remarqué que la qualité d’eau utilisée pour arroser les potagers dans les jardins est non potable. Cependant, les jardiniers cultivateurs de ces milieux n’ont d’autres choix que d’utiliser ces eaux pour arroser leurs cultures. Une chose qui n’est pas sans conséquence sur la santé de la population.

Un aperçu du bas-fond

Blandine Kegue

Une situation inquiétante à Parakou ! Ce sont les bas-fonds qui sont devenus une sorte de poubelles pour les riverains. On y retrouve des ordures ménagères. Des conducteurs de taxi moto qui viennent également y faire leur besoin. Au final, c’est cette même eau qui est utilisée pour arroser les fruits et légumes (laitues, les carottes, les épinards) produits par les maraîchers de ces zones. Conscient de la qualité des eaux utilisées pour arroser ses produits, Djalilou ABDOULAYE, jardinier rencontré dans l’une de ces zones, exprime son désarroi : 

« D’abord, l’odeur de l’eau est très dégoutante parce que tous les déchets du marché Arzêkê sont déversés dedans tous les jours y compris les selles humaines ». 

Malgré les nombreuses tentatives pour ramener ces riverains à l’ordre, Djalilou se voit dans l’obligation de descendre dans ce marigot proche de son jardin pour procurer de cette eau afin de sauver ses plantes.

En effet, la consommation des légumes et fruits issus de ces champs ne passe pas sans conséquences sur la santé de la population qui semble parfois négligente. Selon le médecin généraliste Dr Hospice ASSAN, les risques sont essentiellement en rapport avec les infections digestives ou des infections intestinales, voire l’intoxication alimentaire qui se manifestent surtout par la diarrhée. Il ajoute que

« la diarrhée est causée par la consommation de ces aliments qui sont contaminés par des bactéries ou des virus et même par des protozoaires qui prolifèrent dans les eaux usées de façon générale. Ces bactéries peuvent causer plusieurs maladies telles que le choléra, la fièvre typhoïde et bien d’autres infections ».

Quelques conseils pour la population

La consommation des fruits et légumes est beaucoup recommandée, car elle permet de prévenir certaines maladies comme les maladies cardiovasculaires. Pour donc préserver sa santé, il est important de veiller à la traçabilité des fruits et légumes consommés. Selon Hospice ASSAN, médecin généraliste, il serait bien que chaque citoyen ait son potager maison afin de réduire les risques de maladies. 

« Lorsque vous entrez en possession de vos fruits, le mieux est de bien les nettoyer avec de l’eau et du savon et quand il s’agit des légumes, il faut les laver correctement et les tremper dans des solutions de vinaigre »

a-t-il ajouté en guise de conseil.

Inquiet du comportement et de la santé des populations, Gilles, un citoyen rencontré dans la ville de Parakou invite toute la population a cessé de jeter les déchets ménagers et pense que l’absence des fosses septiques est à l’origine de la prolifération de ces différents micro-organismes. Il appelle donc les autorités à se pencher davantage sur le problème en sensibilisant au mieux les populations sur la question des pollutions des cours d’eau, des bas-fonds et bien d’autres. 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *