Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

POIS D’ANGOLE : Une légumineuse favorable à la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance durables

 POIS D’ANGOLE : Une légumineuse favorable à la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance durables

Il est une légumineuse appréciée pour sa valeur nutritionnelle et ses avantages agronomiques. Sa culture présente un potentiel économique important pour les agriculteurs malgré des défis qu’ils rencontrent.

Culture du pois d’angole

Ruth EDOH

Le pois d’angole, ou pois cajun, est une culture de légumineuse qui occupe une place importante dans l’alimentation de nombreuses populations, en particulier dans les régions tropicales et semi-arides. Cette plante, qui produit des graines riches en protéines de haute qualité, est appréciée pour sa valeur nutritionnelle et ses avantages agronomiques. Également riches en acides aminés essentiels, les graines de pois d’angole peuvent substituer à la viande pour les personnes suivant un régime végétarien ou végétalien.

Avec la demande croissante pour des protéines végétales de haute qualité, la culture du pois d’angole présente un potentiel économique important pour les agriculteurs qui, ces dernières années, s’intéressent davantage à sa culture. Pour preuve, au Bénin, la production passe de 2 369 tonnes en 2019 à 3 772 tonnes en 2021, avec un rendement de 569 kilogrammes/ha, selon la Direction des Statistique Agricole (DSA). En termes de superficie emblavée, elle passe de 3 847 hectares en 2019 à 6630 ha en 2021. Cependant, les agriculteurs sont toujours confrontés à des défis tels que la faible productivité et la prévalence de maladies telles que le flétrissement, qui peuvent affecter les rendements et la qualité des cultures.

Pour donc améliorer les rendements et la qualité du pois d’angole, les agriculteurs peuvent adopter des pratiques agricoles innovantes telles que les cimages. Les cimages consistent à supprimer l’extrémité des jeunes plantes pour favoriser le développement de nombreuses branches latérales, augmentant ainsi le nombre de gousses produites. Cette pratique peut aider à augmenter les rendements sans recourir à des intrants externes, ce qui peut être bénéfique pour les agriculteurs.

Le flétrissement est l’une des principales maladies du pois d’angole et peut réduire considérablement les rendements. Pour prévenir cette maladie, les agriculteurs peuvent sélectionner des graines de qualité et les traiter avec des agents biologiques tels que l’urine de vache ou le trichoderma. De plus, une gestion adéquate du sol et une surveillance régulière des cultures peuvent aider à prévenir la propagation de la maladie.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *