Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

RESTAURATION DES TERRES, DÉSERTIFICATION ET RÉSILIENCE À LA SÉCHERESSE : Les questions environnementales qui font débat ce 05 juin

 RESTAURATION DES TERRES, DÉSERTIFICATION ET RÉSILIENCE À LA SÉCHERESSE : Les questions environnementales qui font débat ce 05 juin

Depuis 1973, l’Assemblée Générale des Nations Unies a commencé à célébrer l’environnement. Au fil des années, la JME est devenue une plateforme mondiale facilitant la sensibilisation et la prise d’initiative pour répondre aux défis urgents, qu’il s’agisse de la pollution marine, du réchauffement climatique, de la consommation durable ou de la criminalité contre la vie sauvage.

 

Jean-Baptiste HONTONNOU

Pour cette édition 2024 de la journée mondiale de l’environnement, de véritables questions se posent. Par quels moyens restaurer la terre qui est en perpétuelle dégradation ? Comment lutter efficacement contre la désertification ainsi que la sécheresse dans un contexte où le changement climatique s’accentue ? Selon la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification, jusqu’à 40 % des terres de la planète sont dégradées. Cette situation affecte directement la moitié de la population mondiale et menace environ la moitié du PIB mondial (44 000 milliards de dollars).

Quant aux sécheresses, le nombre et la durée ont augmenté de 29 % depuis 2000. En 2023, les catastrophes ont entraîné 26, 4 millions de nouveaux déplacements internes, selon le Rapport mondiale 2024 de l’Observatoire des situations de déplacement interne. Et pour la Banque Mondiale, sans des mesures rapides et concertées en matière de climat et de développement, plus de 216 millions de personnes pourraient devenir des migrants climatiques internes d’ici 2050. De façon simple, sans une action urgente, les sécheresses pourraient toucher plus de trois quarts de la population mondiale d’ici 2050.

L’OIM appelle donc l’ensemble des gouvernements et des acteurs à appréhender la réalité de la crise climatique, en apportant des solutions concrètes aux personnes qui sont déjà en déplacement, à celles qui veulent se déplacer et à celles qui veulent rester. Il est donc urgent de vite agir. Les personnes les plus touchées par la dégradation des sols, la désertification et les sécheresses doivent être associées aux prises de décisions et aux mesures et avoir les moyens d’agir.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *