Abomey-Calavi
Agriculture

CAMPAGNE 2020 -2021 DES NOIX DE CAJOU AU BÉNIN: La commune de Kétou a abrité le lancement officiel

Par Laure LEKOSSA

C’est la commune de Kétou dans le département du Plateau qui a abrité le lancement officiel le jeudi 11 mars 2021, de la campagne de commercialisation des noix de cajou. C’est le Ministre de l’Industrie et du Commerce Shadiya Alimatou ASSOUMAN accompagné de son collège l’Agriculture qui ont présidé cette cérémonie officielle. Le prix d’achat exigé au producteur des noix de cajou est de 300 FCFA/kg. L’information a été dévoilée par le gouvernement lors de l’ouverture de la Campagne.

Lire aussi: PROMOTION DU CAJOU BÉNINOIS: Enabel fait de la filière anacarde un moteur de développement

Pour Shadiya Alimatou ASSOUMAN ministre de l’industrie et du commerce, ce lancement permettra de faire avec l’ensemble des acteurs de la filière, un bilan et de prendre les engagements pour un développement de la filière Anacarde et de l’économie béninoise. « Le Conseil National des Exportateurs de Cajou (CoNEC) a enregistré soixante-dix (70) sociétés ayant exprimé une intention d’exportation de noix de cajou brute du Bénin au cours de la campagne écoulée. Ainsi, 137.205 tonnes de noix de cajou brutes ont été pesées au niveau des ponts bascules. En ce qui concerne la transformation, seulement 11.045 tonnes soit 6,49% de noix de cajou ont été transformées. Ce faible taux est dû à la suspension de certains contrats en cette période de Covid-19… », a-t-elle noté.

La ministre a souligné que d’énormes difficultés ont émaillé la campagne de commercialisation 2019-2020 notamment la non réalisation de l’étude de structuration des coûts pour faciliter la fixation du prix plancher, les difficultés d’accès aux financements, la sortie frauduleuse des noix de cajou par les frontières terrestres sans oublier le non-respect des engagements par rapport aux quantités et au mécanisme d’approvisionnement des usines en noix brutes, le non aboutissement du processus pour la rétrocession d’une partie des prélèvements pour mieux financer les activités de la campagne, la baisse de la qualité des noix brutes de cajou.

Elle a toutefois exhorté les acteurs à plus de rigueur et de sérieux dans la mise en œuvre des décisions prises de commun accord. Pour une meilleure campagne de commercialisation, elle a rappelé les dispositions prises par le Gouvernement à cet effet. Il s’agit de l’interdiction des exportations par voies terrestres, de l’implication de la Police Républicaine pour veiller au respect de cette mesure, du respect par les acteurs des textes en vigueur en République du Bénin et de l’application des sanctions aux acteurs indélicats. Le respect strict des mesures barrières contre la propagation de la Covid-19 lors de cette campagne ayant été fortement recommandé.
Edouard ASSOGBA Président de l’Interprofession de la Filière Acajou (IFA Bénin) a quant à lui salué le Gouvernement pour son regard bienveillant vers cette filière de rente qui se classe au 2e rang après celle du coton au Bénin. Tout en relevant quelques acquis déjà dont la création de l’Association des pépiniéristes, la mise en place de brigades de prestations, la création de nouveaux vergers d’anacardiers, la mise en place du comité de veille stratégique, il affirme reconnaître que beaucoup restent à faire. Et pour ce faire, il n’a pas manqué de solliciter l’appui du gouvernement.

Gaston Cossi DOSSOUHOUI, ministre de l’agriculture de l’élevage et de la pêche, a dans ses propos demandé aux acteurs de travailler davantage pour améliorer la productivité et la transformation afin de maintenir la qualité pour que chacun y trouve son compte. Il a par ailleurs invité les producteurs à se mettre en groupement avec des normes coopératives pour bénéficier des appuis de l’Etat.

Lire aussi: EDOUARD ASSOGBA A PROPOS DE LA CAMPAGNE DE COMMERCIALISATION DU CAJOU

Laisser un commentaire à propos de ce

  • Quality
  • Price
  • Service

PROS

+
Ajouter Un Champ

CONS

+
Ajouter Un Champ
Choisissez L'Image