Abomey-Calavi
Agriculture

CAMPAGNE AGRICOLE 2021-2022 DANS LES 2KP: De bonnes levées des cultures de coton, de maïs, de riz, s’enregistrent déjà dans la commune de Kérou

Depuis le lancement officiel de la campagne agricole 2021-2022, plusieurs maraîchers à travers leurs efforts s’activent dans leurs champs pour une parfaite production. Dans la commune de Kérou, les choses vont plutôt à merveille.

Par Laure LEKOSSA

La commune de Kérou est une commune qui dispose des terres cultivables disponibles, riches et favorables aux différentes cultures comme les céréales, les tubercules, le coton. Le riz et l’arachide sont les principales cultures de rentes pratiquées dans la commune. Celle-ci dispose de nombreux cours d’eau qui drainent la commune, dont le Mékrou et la Pendjari qui constituent des rivières les plus importantes, avec une population active agricole. Selon des statistiques, 67,68 % des actifs de la population de la commune interviennent dans l’agriculture, l’élevage, la pêche et la chasse.

Lire aussi: CAMPAGNE AGRICOLE 2021-2022: La filière maraîchage au cœur du lancement officiel

Pour Augustin Dagoudo, ingénieur agronome, consultant indépendant, la campagne agricole 2021-2022 a bien démarré dans la commune « Actuellement les mises en place des intrants se font et dans beaucoup de champs et ce sont les traitements à l’herbicide total qui se fait suivi des labours et des semis(le semis est une opération culturale qui consiste à mettre en terre les graines ou semences que ce soit dans un champ ou une surface de petite dimension. Le semis peut se faire à la main, ou de manière mécanisée à l’aide de semoirs). « Dans la commune de kérou où je suis, l’heure est aux semis du coton, du maïs, du soja, du riz » ajoute-t-il.

Lancée il y a quelque temps à grand popo, la campagne agricole 2021-2022 se déroule à bon escient dans la commune de Kérou comme dans la plupart des communes du Bénin. Les producteurs à divers niveaux travaillent dans leurs champs pour parvenir à de meilleures récoltes à la fin de la campagne. Gaston Dossouhoui, en procédant au lancement de la campagne dans la commune de Grand-Popo, a fait savoir que « le Bénin a connu une production de viande estimée à 78 224 tonnes contre 76 000 l’année précédente et la production de lait est passée de 125 000 à 128 000 tonnes ».

Lire aussi: CAMPAGNE AGRICOLE 2020-2021 AU BÉNIN: Le pays enregistre une hausse des produits vivriers

À en croire le ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la Pêche, le Bénin a connu une amélioration sensible de la production d’œuf de table et en ce qui concerne les productions halieutiques, les actions complètes de préservation des acquis des opérations d’assainissement, la réhabilitation des écosystèmes aquatiques par l’installation de neuf réserves biologiques. Ces résultats obtenus souligne le ministre, sont le fruit de la conjugaison des efforts de tous les acteurs. C’est clair que dans la majorité des communes, les producteurs maraîchers sont à l’œuvre pour une parfaite réussite de cette campagne.

« Au cours de la dernière décade du mois de juin, une poche sécheresse a été enregistrée. Ce n’est qu’aux deuxième et troisième décades que les pluies se sont bien installées. Toute chose qui a bien favorisé l’installation des cultures » souligne Augustin Dagoudo. En termes de résultats déjà enregistrés il dira « nous constatons que les bonnes levées des cultures de coton, de maïs, de riz, de certaines cultures maraichères telles que le gombo, le bisap et des légumineuses telles que l’arachide, le niébé dans les champs ». Il précise que ces résultats ont été enregistrés grâce à une certaine répartition des pluies « ceci est favorisé par les pluies qui sont plus ou moins régulières et bien réparties dans le temps et dans l’espace au cours des deux dernières décades de juin 2021.

Lire aussi: CAMPAGNE AGRICOLE 2020-2021: L’ATDA Pôle 5 pour l’essor de l’arboriculture vivrière

Les maraîchers de la commune sont confrontés à d’énormes difficultés dont le principal est lié à la sécheresse enregistrée au cours de la dernière décade de juin. « À l’étape actuelle des choses, il n’y a pas encore péril en la demeure pour ce qui est de l’impact de la sécheresse sur la campagne parce que les cultures sont toujours en cours d’installation. On peut s’inquiéter des effets de la campagne que lorsqu’on enregistre de poche de sécheresses dans les deux premières décades de juillet ou beaucoup de producteurs sèment le maïs et le soja ».

La fertilisation du sol, l’emploi d’une culture sélective des plantes, la biotechnologie, l’irrigation, la mise en œuvre d’une technique culturale simplifiée figurent parmi les nombreuses méthodes utilisées par les agriculteurs pour améliorer leur rendement. Parlant du comportent des producteurs il note « je puis vous dire qu’ils ont une certaine rage de vite installer leurs cultures pour ne pas être victime d’éventuel arrêt précoce des pluies pendant la bonne période des semis ».

Soulignons que le gouvernement entend initier un programme national de développement des plantations et de grandes cultures reposant sur un aménagement de cinq cent mille hectares pour une agriculture d’envergure devant servir de socle au développement d’une véritable agro-industrie nationale.

Lire aussi: CAMPAGNE AGRICOLE 2020: Chute de la production d’ananas au Bénin

Laisser un commentaire à propos de ce

  • Quality
  • Price
  • Service

PROS

+
Ajouter Un Champ

CONS

+
Ajouter Un Champ
Choisissez L'Image