Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

ÉROSION CÔTIÈRE : Un défi majeur pour l’environnement et les populations

 ÉROSION CÔTIÈRE : Un défi majeur pour l’environnement et les populations

Avec ses 120 kilomètres de façade maritime, le Bénin est particulièrement victime de l’érosion côtière. Ce phénomène naturel, accentué par les changements climatiques et les activités humaines, menace l’environnement et les populations des zones côtières.

 

Madeleine ATODJINOU

Comme le définit le Professeur SOHOU Zacharie, Directeur de l’Institut de Recherches Halieutiques et Océanologiques du Bénin (IRHOB), « l’érosion côtière est tout simplement le fait que la mer ou l’océan gagne de la terre ou avance sur la terre en réduisant l’espace de la berge ». Ce recul est causé par le départ de matériaux tels que : le sable, les roches, les sédiments sous l’action des vagues, des courants marins, du vent et des marées. C’est un phénomène naturel qui existe depuis des millions d’années et a des répercussions sur l’environnement et les populations.

En effet, l’érosion côtière entraîne la disparition progressive des plages et des mangroves; alors que ces écosystèmes jouent un rôle crucial dans la protection des côtes contre les vagues et les tempêtes. Leur disparition met en danger les populations et les infrastructures côtières. Dans le même temps, l’avancée de la mer entraîne la salinisation des sols, les rendant impropres à la culture. Cela se traduit par la perte de terres agricoles conduisant à une diminution de la production alimentaire et une augmentation de l’insécurité alimentaire. L’érosion côtière perturbe les habitats marins et menace la biodiversité marine.

En outre, elle contraint les populations côtières à se déplacer vers l’intérieur des terres, ce qui entraîne des bouleversements sociaux et économiques. Autrement dit, les populations déplacées par l’érosion côtière migrent vers les villes, ce qui accroît la pression sur les ressources et les services urbains. Or, ces populations vivant dans les zones côtières du pays pourraient être estimées à plus de 30%, soit plus d’un million de personnes. Les plus touchées sont les populations vivant dans les localités situées entre Hillacondji, Grand-Popo, certaines zones de l’Ouémé, ainsi que dans la zone ouest de Cotonou. Il est à noter que le changement climatique est aussi un facteur qui agit négativement sur les océans et les mers. « Il entraine l’érosion côtière avec l’élévation du niveau de la mer dû à la fonte des glaciers causée par l’augmentation de la température qui agit sur les ressources halieutiques qui peuvent disparaître ou subir des modifications génétiques », explique le professeur.

Cependant, bien que le gouvernement ait « fait construire des infrastructures (épis et enrochement) pour la protection contre l’érosion côtière », il urge que plus de ressources soient mobilisées pour protéger les populations côtières du Bénin contre les affres de l’érosion. Ce qui peut se faire par la mise en place de plus de mesures de protection des côtes; la restauration des mangroves et des autres écosystèmes côtiers; la promotion de pratiques agricoles durables et la sensibilisation des populations aux risques de ce phénomène.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *