Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

PRODUCTION, AGREGATION, IMPORTATION ET DISTRIBUTION DE SEMENCES ET PLANTS

La création d’un système semencier formel préoccupe le gouvernement

Le Conseil des Ministres s’est réuni mercredi 24 janvier 2024, sous la présidence du Chef de l’Etat Patrice TALON. Au cours dudit conseil, le Gouvernement a fait l’option de créer la Société béninoise de Développement des Semences végétales et Plants. Ce sera une structure qui prendra en main la gestion du dispositif national de production, d’agrégation, d’importation et de distribution de semences et plants.

Semences sélectionnées de cocotier

Rébécca Kafoui KANSOU

Des centres modernes de traitement, de conditionnement et de stockage des semences et plants seront bientôt installés. C’est l’une des décisions prises au cours du dernier conseil des ministres. La création de la Société béninoise de Développement des Semences végétales et Plants va permettre de promouvoir le développement des variétés de semences et plants, la conservation des souches des variétés adaptées aux exigences des utilisateurs ainsi qu’au changement climatique.

L’idée de mise en place de ce système semencier formel s’est avérée nécessaire au vu de la domination de l’informel et des méthodes d’approvisionnement peu efficaces pratiquées par des producteurs dans les champs. Un système selon lequel « près de 80% des semences végétales sont utilisées dans les exploitations agricoles, ce qui impacte négativement le niveau des rendements ». La Société béninoise de Développement des Semences végétales et Plants viendra donc garantir la qualité des semences et des plants avec une traçabilité nette, de la sélection jusqu’à la commercialisation, en passant par la multiplication. Elle va appuyer le renforcement de capacités de toutes les catégories d’acteurs impliqués dans le développement des variétés, la production et la gestion des semences et plants ; œuvrer pour la création des réseaux de collecte et de distribution des semences et plants en veillant à prendre en compte des retours d’expérience des utilisateurs pour améliorer la qualité des semences et plants. Aussi, va-t-elle renforcer les capacités de contrôle et de certification des semences végétales et plants et enfin mettre aux normes les infrastructures existantes de production, de contrôle de qualité, de traitement, de conditionnement et de stockage/conservation des semences et plants.

La structure sera mise sous la coordination de l’organisation de l’industrie semencière autour des espèces vivrières, horticoles, fourragères, fruitières et forestières. Elle aura pour mission de répondre aux besoins en semences et plants de qualité et améliorer le taux d’utilisation des semences et plants certifiés, hormis les Organismes Génétiquement Modifiés (OGM).

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *