Cancel Preloader

1er groupe de presse agricole en Afrique de l’Ouest

FLAMBEE DU PRIX DU SUCRE AU BENIN 

 FLAMBEE DU PRIX DU SUCRE AU BENIN 

Une autre situation qui envoie la population « chercher midi à quatorze heures »

Depuis quelques jours, plusieurs grandes villes du Bénin font face à une inquiétude grandissante qui plane sur le marché béninois. Il est question de la hausse significative du prix du sucre. Les ménages et les commerçants qui dépendent de ce produit de base sont mises à l’épreuve. A quoi peut-elle s’arrimer cette hausse du prix du sucre ?

         Sacs de sucre en poudre

Innocentia LOKO

Sous un chaud soleil de samedi, notre équipe de reportage a sillonné les étalages du marché Dantokpa.  Devant l’une des boutiques une ambiance particulière se faire remarquer. Dans la foule, l’on perçoit dame Victorine qui vient s’approvisionner chez la vendeuse de sucre et à sa grande surprise ne croyait pas à ses oreilles, le prix que disait la vendeuse. Sa réaction fût suffocante et elle lâche : « mais c’est trop cher. Comment le kilo de 500f ou 600f peut devenir tout un coup à 1200f ? »

Selon les vendeurs questionnés, cette hausse de prix n’est pas leur faute. Certains ignorent même la raison et d’autres préfèrent ne pas en parler. On note que le sac de 50 kg est à 40.000f dans le nord notamment à Kandi et le kilo à 1.000f. À Cotonou, ce même sac de 50 kg est vendu à 51.000f voire 52.000f et le kilo à 1.200f.  Un énorme écart entre les prix d’autrefois. D’après les investigations, dans un marché à Ifangni dans le département de Plateau, le sac de 50 kg est actuellement à 47.000f. Le sucre étant l’un des premiers produits de nécessité devient alors une perle rare. 

Fermeture de SUCOBE, potentielle raison de la hausse.

D’après les analyses, l’on pourrait associer cette hausse de prix à la récente fermeture de la Sucrerie de Complant du Bénin (SUCOBE) à Savè par le gouvernement. En effet, cette société a été fermée du fait du non-renouvellement du contrat de location-gérance liant les Etats du Bénin et du Nigeria à la société chinoise Complant. Ce contrat de 20ans, arrivé à échéance le 7 mai 2023, n’a pas été renouvelé par l’entreprise chinoise, désormais détenue par un privé. Considérant donc que c’est cette société qui approvisionne en majeur partie le marché béninois, il n’a de doute que sa fermeture crée d’autres dommages.

Par ailleurs, il importe de noter que le sucre vendu sur le marché n’est uniquement pas celui produit au Bénin mais également d’autres pays limitrophes du Bénin. Et vu que le prix du transport est désormais élevé, cela aurait un impact direct sur les entrées et sorties sur le territoire national. Il est donc évident que cette situation entraine l’augmentation du coût de vie des populations. Vivement que le gouvernement prenne des mesures nécessaires pour atténuer la situation pour le bien de tous.

Loading

59 Comments

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *