Abomey-Calavi
Agriculture

GOUVERNANCE LOCALE INCLUSIVE : Le centre ACED outille les agents de développement de la Commune de Sô-Ava

Les locaux de l’hôtel Royal Space ont abrité le mardi 17 et mercredi 18 novembre 2020, un atelier de formation sur la gouvernance locale inclusive. L’atelier a réuni essentiellement les autorités locales de la commune de Sô –Ava et les services déconcentrés, notamment la cellule communale de l’Agence Territoriale de Développement Agricole, la direction départementale de l’Artisanat et du tourisme, la Direction départementale du Cadre de vie, la Direction Départementale de l’Agriculture qui sont des services qui travaillent tous à l’amélioration de la gouvernance locale dans la commune.

Par Prudence KPODEKON

Cet atelier de formation qui s’est tenu sur deux jours, le mardi 17 et le mercredi 18 novembre 2020, et organisé par ACED Ong dans le cadre de son programme Renforcement et Participation de la Société Civile, a abordé plusieurs thèmes, liés à la gouvernance inclusive et à la participation de tous les acteurs pour le développement de l’économie locale. C’était également l’occasion d’échanges fructueux et de discussions sur la facilitation de la participation citoyenne des acteurs socio-professionnels qui sont les maraîchers et maraîchères et aussi les femmes vannières sur les questions de développement locale.

A en croire Donald Houessou, Directeur des opérations à ACED, ce sont des acteurs qui contribuent directement au développement local, à l’économie locale et dont les besoins méritent d’être pris en compte par les autorités locales. « C’est l’importance de cet atelier d’échanges et de discussions qui va permettre à tous ces acteurs de discuter pour aboutir à une feuille de route beaucoup plus faisable et pratique qui non seulement va permettre aux autorités locales de mieux inclure les acteurs socio- professionnelles dans la gouvernance locale mais aussi permettre à ces groupes socio-professionnelles d’être outillés pour participer aux activités communales. L’initiative intervient essentiellement dans un contexte où le lac Nokoué est suffisamment envahie par la jacinthe d’eau qui empêche les activités socio-économiques de façon générales de se réaliser. Au-delà donc de ces conséquences négatives sur les activités socio-économiques, il y a aussi les effets néfastes sur la biodiversité, aux ressources halieutiques notamment les poissons les crustacés et aussi le changement climatique à travers l’émission du méthane que la plante émet dans son milieu naturel. C’est face à tous ces constats que l’initiative a été mise en place pour résoudre un problème environnemental et en même temps le transformer en une opportunité qui est le compost de jacinthe que les maraîchers devront fabriquer et utiliser dans leurs champs. Ce qui réduit en même temps leurs coûts de production, améliore le rendement et donc leurs revenus. Egalement la plante a des potentialités qui peuvent être valorisés en objet d’art, ce que les femmes vannières font et qu’elles vendent sur le marché qui est très appréciée par les populations locales et les touristes internationaux » a-t-il fait savoir.

On note au cours de ces deux journées de formation, une participation active des participants sur la thématique, tant au niveau des débats qu’au niveau des travaux de groupes.

« Pendant ces deux jours, nous avions travaillé sur la gouvernance inclusive, un thème qui a été sollicitée et que nous avions facilité pour le compte de l’ONG ACED qui travaille dans la commune de Sô- Ava pour la promotion de l’autonomisation des hommes et des femmes et de leurs participations pour la citoyenneté. Pendant ces deux jours, nous avions abordé plusieurs thèmes liés à la gouvernance inclusive et à la participation de tous les acteurs pour le développement de l’économie locale. Nous avions pu quand même à partir du plan de développement communal, identifier tous les axes, tous les leviers sur lesquelles les agents de la commune, et tous les acteurs des structures déconcentrées doivent pouvoir mettre l’accent sur la promotion de l’économie locale. La manière dont chaque composante de la société doit pouvoir s’intéresser à la chose publique et le rôle qui doit pouvoir jouer pour l’atteinte des objectifs, nous avions eu à travailler sur ces différentes questions. Nous avions eu à travailler aussi sur le mécanisme de production du compost qui doit être fait à partir de la jacinthe d’eau qui actuellement est un envahisseur pour la commune de Sô –Ava et qui permet alors en tant que solution aux maraîchers de faire de la culture biologique. La question du maraîchage est une question qui occupe actuellement autant d’homme, autant de femmes et la valorisation de la jacinthe d’eau permet non seulement la production du compost mais elle permet aussi de fabriquer des produits de vannerie qui interviennent dans le tourisme et dans la promotion de l’économie locale. Nous avions eu la chance d’avoir l’Adjoint au Maire qui est resté avec nous de bout en bout et qui a participer à tous les travaux. Et je peux espérer déjà avec les propositions que j’ai eu à faire au niveau des groupes d’atelier qu’il y aura de meilleurs jours pour le développement de la commune de Sô- Ava » a laissé entendre Parfait Gbokédé, spécialiste des questions de populations et de dynamique urbaine, facilitateur de l’atelier.

Laisser un commentaire à propos de ce

  • Quality
  • Price
  • Service

PROS

+
Ajouter Un Champ

CONS

+
Ajouter Un Champ
Choisissez L'Image